Le traitement des varroas – pour l’apiculteur amateur ! … concrètement ? exemple de suivi de comptage !

comptage semaine 1 4145 varroas vue rapprochée

Impératif – A l’instar des apiculteurs professionnels très engagés dans ce domaine, apiculteurs amateurs et de loisirs ou pluri actifs : apprenez à connaitre le Varroa Destructor et assurez le traitement indispensable.

Dès la fin de votre miellée, pensez à débuter le traitement en respectant les posologies prescrites. Le GDSA 39 rappelle la nécessité de traiter collectivement contre les varroas pour protéger non seulement ses propres ruches mais également celles des autres ruchers limitrophes.

Dans ce domaine, n’hésitez pas à consulter le nouveau guide rédigé par l’équipe de la FNOSAD, destiné à tous les apiculteurs et à diffuser : (extrait de la préface) «  »D’où ce guide qui se veut utile à tout apiculteur puisque depuis l’arrivée du Varroa destructor, il n’est plus possible d’élever des abeilles sans avoir affaire à ce redoutable parasite. Malgré l’encadrement sanitaire (auquel du reste tous les apiculteurs n’ont pas recours…), il faut bien accepter l’idée que l’acteur principal de la lutte contre le varroa est l’apiculteur lui-même…. » »

– Cliquer ici pour le guide FNOSAD « Varroa & Varroose » –  https://fnosad.com/fiches-pratiques/guide_fnosad_varroa_et_varroose.pdf

Quelques notions sur l’introduction à l’évaluation de l’infestation 

Important. Aucune méthode ne fournit de données exactes (Extrait guide de la FNOSAD lien supra – Cf. pages 70 et suivantes) :

Concernant la gestion du varroa, l’apiculteur n’a pas la possibilité :

  • de connaître le nombre exact de varroas dans les ruches,
  • d’éradiquer le varroa dans ses ruchers.

En revanche, il peut et il doit :

  • estimer régulièrement la population des varroas dans les colonies,
  • mettre en œuvre des moyens pour réduire la pression parasitaire si les niveaux d’infestation dépassement les seuils d’alerte.

Alors en qualité d’apiculteurs amateurs et de loisirs ou pluri actifs, que faire concrètement ?

Pour rappeler l’importance et la nécessité du traitement et illustrer la problématique toujours d’actualité des varroas, des apiculteurs du GDSA 39 ont décidé de communiquer sur des comptages de varroas réalisés par sondage. Au sein de 4 ruchers distincts, 6 ruches ont ainsi été sélectionnées pour le comptage.

Protocole retenu en 2 étapes (guide de la FNOSAD lien supra – Cf. page 67 et suivantes) :

Evaluation de l’infestation (voir encadré, page 94). Cette démarche permet  :

  • d’apprécier le niveau d’infestation (quantité de varroas) et d’estimer s’il peut être préjudiciable pour la colonie ;
  • de savoir si un traitement médicamenteux ou alternatif doit être mis en place et dans quel délai ;
  • de savoir si une méthode de lutte a été efficace, et notamment si les colonies ont été suffisamment débarrassées des varroas pour hiverner dans de bonne conditions…

A – Modalités pratiques, faciles à mettre en oeuvre pour les apiculteurs amateurs ou de loisirs (rappel FNOSAD : chaque méthode présente des avantages et des inconvénients) :

  • Plusieurs jours avant ou la veille avant le début du traitement, nettoyage de la plaque d’hivernage équipant vos planchers qui doivent être grillagés, l’enduire de graisse à traire avant de la replacer sous la ruche.
  • Au bout de 24h00 voire sur une semaine, vous pouvez débuter le relevé des chutes naturelles qui donneront une indication sur le taux d’infestation. Lors de l’évaluation, si vous n’avez aucune chute de varroas au bout de 24h00,  essayez d’attendre 2/3 jours ou la fin de la semaine pour la vérification des chutes. Le dépistage de l’infestation sera d’autant plus fiable.
  • Ensuite, débutez le traitement. Puis tous les 7 jours, réaliser le comptage hebdomadaire en pensant à rajouter les chiffres déjà relevés si vous avez pu faire un comptage intermédiaire (au milieu de la semaine par exemple).

(Info FNOSAD – tableau des seuils (nombre de varroas/jour, cf. page 77) : Les seuils doivent être interprétés avec prudence, en tenant compte de tous les autres facteurs agissant sur la colonie, et doivent être adaptés en fonction de la zone géographique. Il existe plusieurs propositions de seuils, et le seul qui doit être largement admis est celui de la fin d’automne/hiver (après la fin d’un traitement, après la dernière récolte…) soit nombre de varroas / jour = 0,5.
Nota – Ainsi parmi les inconvénients, risque de pertes de varroas en présence de fourmis et forficules (perce-oreilles). Cf. guide de la FNOSAD – page 78. 

B – Bilan chiffré et analyse des résultats du comptage hebdomadaire réalisé par le GDSA 39 :

Tableau de comptage actualisé : ici le lien > (bilan semaine 5) –  210912 bilan 2021 6 comptage varroas

Rucher 1 :

  • Ruche 1 : Traitement APIVAR du 22/08/2021. Présence couvain operculé, larves et œufs. Nota : Comme chaque année, cette ruche avait bien été traitée dès le début septembre 2020.
    Début comptage le 29/08/2021 – Bilan en hausse = 1215 varroas  ;
  • Ruche 7 : Traitement APIVAR du 22/08/2021. Présence couvain operculé, larves et œufs. Nota : Comme chaque année, cette ruche avait bien été traitée dès le début septembre 2020. Début comptage le 29/08/2021 – Bilan en hausse = 500 varroas.

Rucher 2 :

  • Ruche 4 : Traitement APIVAR du 31/07/2021. Présence couvain operculé, larves et œufs. Nota – Comme les années précédentes, cette ruche traitée en automne 2020 (APIVAR) a bénéficié des applications prescrites VARROMED en décembre 2020 puis en mars 2021. Début comptage le 07/08/2021 – Bilan en baisse = 79 varroas ;
  • Ruche 25 : Traitement APIVAR du 22/08/2021. Présence couvain operculé, larves et œufs. Nota – Comme chaque année, cette ruche avait déjà été traitée dès le début septembre 2020. Début comptage le 22/08/2021 – Bilan en baisse 7422 varroas.

Rucher 3 :

  • Ruche 1 : début traitement VARROMED le 31/07/2021. Présence couvain operculé, larves et œufs. Nota – Comme chaque année, cette ruche avait été traitée (APIVAR) dès le début septembre 2020. Début Comptage le 14/08/2021 – Bilan en hausse = 354 varroas.

Rucher 4 :

  • Ruche 6 : Début traitement APIVAR le 31/07/2021. Présence couvain operculé, larves et œufs.  Nota – Comme chaque année, cette ruche avait été traitée (Varromed) dès le début septembre 2020. Début comptage le 07/08/2021 – Bilan en hausse = 446 varroas.
    Le bilan du comptage hebdomadaire pour ces 6 ruches sera édité pendant toute la durée du traitement (10 à 12 semaines).

(Extrait guide de la FNOSAD: «Un seul rucher fortement infesté dans un secteur ou une seule colonie fortement infestée dans un rucher peuvent être à l’origine d’une (re) contamination de nombreuses colonies à proximité ». Pour plus de renseignements complémentaires dans le domaine de la varrose, les apiculteurs sont invités à s’imprégner de l’ensemble des informations pratiques diffusées dans le guide de la FNOSAD – lien https://fnosad.com/fiches-pratiques/guide_fnosad_varroa_et_varroose.pdf

Alors apiculteurs amateurs ! Soyez curieux et solidaires.

  • Relevez le défi de connaitre le taux d’infestation de vos ruches et de réaliser le comptage hebdomadaire des varroas, même d’une seule ruche, en suivant le protocole recommandé : plaque nettoyée et enduite de graisse à traire entre chaque comptage ; ce comptage peut commencer à tout moment du traitement.
  • Communiquez vos relevés hebdomadaires au gdsa 39 – gdsa39.contact@gmail.com en nous mentionnant les renseignements utiles : avec les chiffres de comptage, précisez simplement le traitement utilisé et le canton sur lequel est implantée la ruche concernée.

Nourrissement : De même, une fois les hausses enlevées, vérifiez dès à présent, l’état des réserves dans vos ruches. Le cas échéant, nourrissement impératif ET nécessaire. Ainsi, l’apiculteur prépare, dans de meilleurs conditions, ses colonies à la période hivernale.

Si vous avez des questions notamment dans ce domaine, ne pas hésiter à nous contacter via notre messagerie – gdsa39.contact@gmail.com